« Encore une frustrée qui hait les hommes. »

Aujourd’hui, ce genre de réflexion est presque ancrée dans le langage courant depuis que certaines osent s’affirmer ouvertement comme féministes. Le féminisme, un gros mot ? Synonyme de méfiance ou de scepticisme ? Un mouvement malveillant qui met la femme sur un piédestal au détriment de l’homme ? Le féminisme fait beaucoup parler de lui, il est controversé et peut animer à lui seul un dîner de famille. Noyé sous une avalanche d’informations, à la radio, à la télévision, dans les journaux ou encore sur internet, comment s’y retrouver ? Êtes-vous sûr de vraiment en connaître le sens ?

Qu’est-ce que le dictionnaire Larousse nous en dit ?

Féminisme : nom masculin (Latin femina, femme)
– Mouvement militant pour l’amélioration et l’extension du rôle et des droits des femmes dans la société.
– Attitude de quelqu’un qui vise à étendre ce rôle et ces droits des femmes

/ ! \ Le mot féminisme est beaucoup, beaucoup, beaucoup écrit au cours de cet article, ne prenez pas peur et continuez la lecture si vous voulez en savoir plus.

Deux minutes d’histoire pour mieux comprendre le féminisme

Commençons par le commencement. Le premier grand mouvement féministe naît au début du XIXème siècle, en réaction à l’assignation des femmes au foyer. Cette décision survient après la Révolution et figure dans le Code civil de Napoléon de 1804 : « Les personnes privées de droits juridiques sont les mineures, les femmes mariées et les débiles mentaux ». Les femmes sont donc exclues de la citoyenneté : leur place est à la maison. Le combat de l’époque, dont Olympe de Gouges est la pionnière dès le XVIIIème siècle, est surtout concentré sur le droit de vote, le droit à l’éducation et l’accès à l’égalité dans la sphère publique.
A partir des années 60, un nouvel aspect du féminisme émerge : on ne parle plus d’émancipation des femmes mais de libération des femmes. Il englobe ainsi tous les aspects de la vie et notamment la sphère « privée ». C’est le combat qui perdure encore aujourd’hui, grâce à de nombreuses femmes mais également à des hommes qui permettent de faire avancer les choses et de changer les mentalités.

Le féminisme, un mouvement connoté comme radical

Il existe beaucoup de mouvements féministes qui ne partagent pas complètement les mêmes idées : il y a les modérés, les radicales, le Black Feminism, les féministes islamiques, les lesbiennes, les catholiques et j’en oublie pleins d’autres ! Chaque mouvement féministe est donc différent et propre à celles qui le défendent. Il reste donc assez divisé.
Pour définir ce qu’est le féminisme, rapidement et clairement, j’ai pris appuis sur l’ouvrage Le féminisme d’Anne-Charlotte Husson et de Thomas Mathieu qui l’explique très bien.
Le Féminisme par Anne-Charlotte Husson et Thomas Mathieu
Le féminisme, c’est d’abord un ensemble de féministes, peu importe d’où elles viennent et qui elles sont.
Même si depuis des décennies, des désaccords subsistent sur la prostitution, la pornographie et le port du voile, chacun prend conscience qu’il existe une dévalorisation sociale, politique, économique et symbolique des femmes.
Pour résumer, il y a un combat commun mais également de grands désaccords qui persistent au sein même du féminisme. C’est pourquoi il est nécessaire de ne pas faire de rapprochement hâtif entre tous les mouvements féministes qui existent.

Être féministe, c’est quoi ?

Certains voient les féministes comme des femmes qui détestent tous les hommes sur terre. Pourtant, cette vision est quelque peu extrême et moyenâgeuse quand on sait que le féminisme ne prône pas la supériorité de la femme sur l’homme. Il souhaite l’égalité entre les deux sexes, sur le plan politique, économique, social, juridique, culturel et personnel.
D’ailleurs, le mouvement n’est pas exclusivement réservé aux femmes. Comme énoncé plus haut, il s’agit de combattre ces inégalités. Les hommes sont donc les bienvenus, l’égalité femmes/hommes est finalement un intérêt commun et mutuel.
Le féminisme c’est aussi et surtout combattre les inégalités qui persistent encore aujourd’hui.

Etre féministe c’est vouloir être payée autant que son associé pour le même poste (quand on sait que l’écart salarial moyen en France est de 26%),
c’est briser le plafond de verre,
c’est combattre les discriminations au travail lors d’une grossesse,
c’est refuser le harcèlement de rue (sifflements, insultes, agressions physiques ou sexuelles),
c’est avoir autant de chances qu’un homme d’accéder à un poste à haute responsabilité,
c’est ne plus avoir à supporter les remarques et commentaires sexistes de ces collègues au travail,
c’est ne plus être placée en position de coupable lors d’un viol mais bel et bien en victime d’agression sexuelle,
c’est pouvoir faire entendre sa voix en politique en toute liberté, etc.
La liste est évidemment non-exhaustive, il existe beaucoup d’autres combats que je n’ai pas cité mais qui sont défendus au sein du féminisme, dans l’espoir de changer les mentalités et d’améliorer les conditions des femmes au sein de la société.

Si vous voulez plus d’informations sur le sujet, n’hésitez pas à aller voir les sites suivants :

Paye ta ShnekPaye ta shnek : essentiellement sur Facebook et sur Tumblr, où sont publiés des témoignages de harcèlement sexiste dans l’espace public.

Osez le féminismeOsez le féminisme : qui possède une page Facebook, un site internet et un Tumblr. Il s’agit d’une association féministe et laïque qui dénonce les inégalités femmes-hommes dans tous les domaines et qui agit pour les éradiquer.

Stop au harcèlement de rueStop au harcèlement de rue : On y retrouve des témoignages de femmes ayant vécues du harcèlement de rue mais également les initiatives mises en place dans les villes de toute la France pour combattre ce dernier.

Projet crocodiles : un Tumblr qui raconte en bandes dessinées le harcèlement de rue et le sexisme

Ce qu’il faut retenir

Le féminisme tente de combattre les inégalités entre les hommes et les femmes pour obtenir l’égalité entre eux. Chacun est libre de livrer à sa manière les combats pour permettre aux femmes d’être considérées à leur juste valeur. Il n’y a pas de fiche technique à suivre pour être féministe. Cela relève du cœur mais aussi des valeurs et convictions que vous défendez. Tant que vous le faîtes dans le respect des autres, vous participerez à son évolution.

La citation intemporelle de Simone de Beauvoir qu’il est bon de retenir :

 N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant.

5 thoughts on “Connaissez-vous vraiment le féminisme ?”

  1. Très intéressant, je me suis rendu compte que ma manière de penser était assez proche du féminisme. Ceci sans réellement en savoir la signification. Très instructif.

  2. Un article complet et intéressant qui permet de se donner une bonne idée de ce mouvement. Je suis assez d’accord avec monkeyjukebox, c’est plutôt rassurant de voir que notre manière de pensée est partagée et que certaines personnes se sont vraiment bougées pour leurs droits. Aussi je pense qu’il est bon d’avoir pensé l’associer à quelque chose de plus général en termes d’égalité, ça appuie le fait que le féminisme ne soit pas réservé aux femmes … Tout comme l’égalité ne soit pas réservée aux hommes … Bref ! Très instructif merci pour ces clarifications / ce partage d’informations, ( et dans un bon français ça fait du bien) !

    1. Merci beaucoup! C’était important de rappeler qu’aussi bien les femmes que les hommes peuvent défendre ce droit. Contente d’avoir pu rétablir quelques points essentiels!

  3. Merci, c’est exactement ce que j’ai voulu montrer au travers de cet article et je suis contente que le message soit bien passé ! Le féminisme n’est pas un gros mot.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :