Avoir ses règles, ce n’est jamais agréable et plaisant. Nous sommes rarement pressées de les voir arriver et lorsqu’elles sont là, on a déjà hâte que ça se termine. Une alternative aux tampons et serviettes hygiéniques bourrés de produits toxiques pour notre santé est possible. Et si je vous disais que j’ai trouvé un produit miracle, ou plus précisément une culotte qui fait des miracles, vous me croiriez ? Vous devriez car je ne mens jamais et aujourd’hui, je partage avec vous une petite culotte qui a révolutionné ma vie. Oui, rien que ça !

Pourquoi changer de protections hygiéniques ?

Pour commencer, pourquoi changer les protections hygiéniques que nous utilisons depuis des années, voir des décennies pour certaines ? D’abord pour une question de santé. En effet, au fil du temps, des recherches et des études ont été menées pour mettre fin au silence des fabricants et alerter les utilisatrices des produits toxiques utilisés dans les protections hygiéniques. D’ailleurs, la transparence et l’honnêteté ne sont pas exigées, si bien que vous ne trouverez jamais (aujourd’hui) une liste des produits qui se trouvent dans votre serviette ou votre tampon sur la boîte d’emballage. Des études ont prouvé la présence de pesticides, de perturbateurs endocriniens, de phtalates ou encore de polluants comme le dioxyde de chlore, qui permet de blanchir le coton des protections. La liste n’est (hélas) pas exhaustive. Toutes ces substances toxiques sont directement en contact avec les muqueuses. Des chercheurs ont d’ailleurs démontré un lien entre les phtalates et l’infertilité mais également entre les polluants et l’endométriose. Les tampons et les Cup peuvent également favoriser le syndrome du choc toxique.

Des protections hygiéniques respectueuses de notre santé et de notre planète

Heureusement, des alternatives plus respectueuses de l’environnement et de notre santé se sont développées. Les plus connues : la Cup et les serviettes lavables. Les deux possèdent des avantages (beaucoup) et des inconvénients (très peu). Niveau santé, c’est un gros avantage car il n’y a pas de substances toxiques en contact avec votre corps ni rien de toxique du tout. Niveau environnement, un bon avantage également car, la Cup ou les serviettes lavables ne produisent pas de déchets. Ce n’est pas le cas des serviettes et tampons classiques, qui, en plus, ne sont pas biodégradables. Ils mettent environ 500 ans à disparaître. Sachant qu’une femme a ses règles environ 12 à 13 fois par an pendant environ 40 ans dans sa vie au total et qu’il y a BEAUCOUP de femmes sur terre, je vous laisse faire un petit calcul du coût environnemental. Niveau financier, les solutions écologiques sont plus coûteuses à l’achat mais plus facilement rentabilisées car leur durée de vie est plus longue.

Pour la Cup : coût = 20e et durée de vie = 5 à 10 ans. Pour les serviettes lavables : coût = à partir de 15e l’unité et durée de vie = 4 ans.

On valide

Et la culotte menstruelle dans tout ça ?

Vous ne tenez plus, je sais … J’y arrive ! La culotte menstruelle. L’objet de toutes les convoitises. Celui dont on ne parle pas assez et qui pourtant révolutionne la vie de celles qui l’ont adopté ! Pour commencer, je sais ce que vous vous dites : je vais avoir l’impression de porter une couche ; je vais macérer dans mon sang pendant des heures et ça va puer ; ça m’a l’air un peu dégueu. Etcetera. J’avoue, je me confesse, j’avais aussi quelques aprioris de ce genre avant de l’utiliser. Mais je vous jure qu’une fois qu’on a essayé, on ne retourne plus aux protections hygiéniques « classiques ».

La culotte menstruelle : comment ça marche ?

Sur le principe, je pense que vous l’aurez compris, c’est une culotte. La seule particularité qu’elle possède, c’est de pouvoir absorber l’équivalent de 2 à 5 tampons par jour. Elle peut se porter pendant 12h environ, donc toute une journée. Cela dépend de votre flux. Elle possède 3 tissus différents aux propriétés absorbantes, antibactériennes, anti-odeurs et imperméables. Ce qui permet, par exemple, de ne pas avoir la sensation d’humidité qui peut parfois arriver lors de l’utilisation de serviettes classiques. Les trois tissus qui composent la culotte sont forcément un peu plus épais qu’une culotte classique mais beaucoup moins qu’une serviette hygiénique classique, pour vous donner une comparaison. Il n’y a donc pas du tout de sensation de porter une couche, comme on peut l’avoir lorsqu’on porte une serviette spéciale nuit. (Vous savez de quoi je veux parler)

Ça reste entre nous

Pourquoi choisir FEMPO ?

J’ai donc testé cette culotte pendant 3 cycles avant de vous en parler, j’ai donc eu le temps de répertorier les points positifs et les points négatifs. Pour commencer, j’ai choisi la marque Fempo qui vient d’être créée et qui est française, et ça, c’est déjà un très bon point. Il existe de plus en plus de marques qui commercialisent des culottes menstruelles, notamment THINX qui est une marque américaine. Je ne l’ai pas choisi parce que je risquais d’avoir des frais de douanes lors de la livraison en France. Et j’ai bien fait car il a été démontré que leurs culottes contenaient des nanoparticules d’argent, qui polluent les milieux marins et qui n’est pas bon d’avoir en contact direct avec le corps.

Culotte menstruelle : à partir de 30e, durée de vie 5 et 7 ans.

Points positifs

Points négatifs

Ce qu’il faut retenir

La culotte « de règles », comme j’aime bien l’appeler, révolutionne totalement les protections hygiéniques. Elle nous fait presque oublier que l’on a nos règles, et ça, ce n’est pas rien. Fini les sensations désagréables d’humidité ou les odeurs. Alors certes, elle n’est pas magique et elle n’efface pas les douleurs que l’on peut avoir pendant les règles mais elle rend cette semaine un peu plus agréable. (oui oui, je n’avais jamais pensé pouvoir dire ça un jour) Fini les protections qui, en plus de pourrir l’environnement, nous pourrissent la santé. Marre d’avoir des produits toxiques et dangereux dans des protections que nous sommes obligées d’utiliser. Je le rappelle mais les règles ne sont pas un choix. Je rejoins le mouvement de celles qui demandent la gratuité des protections hygiéniques et je vous invite à le faire également. Ça ne devrait pas être un luxe. J’ai conscience d’être chanceuse, en ayant la capacité de me payer plusieurs culottes menstruelles à 30e. J’ai la chance de pouvoir allier règles, bonne santé et environnement. Seulement, ce n’est pas le cas de tous et certaines n’ont même pas les moyens de se payer des protections hygiéniques « lambdas ». Et c’est un scandale, dans notre société, partout dans le monde, que certaines femmes n’y aient pas accès. Et si les protections étaient remboursées, seules les plus toxiques en feraient parties ? Les femmes en situation précaire n’ont-elles pas le droit, elles-aussi d’avoir accès à des protections qui ne les mettent pas en danger ?

Plus d’informations concernant la culotte

Par ici : https://fempo.co/faq/


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :