Récemment, une nouvelle affaire a déchaîné la toile. Après la Blackface d’Antoine Griezmann il y a quelques jours, c’est au tour de Lewis Hamilton, multiple champion du monde de F1 de semer la discorde. Il a posté mardi, sur son compte Instagram, une vidéo dans laquelle son neveu porte une robe de princesse et où l’on entend le champion s’exclamer à la caméra : « Les garçons ne portent pas de robe de princesses ! ». Je voulais revenir sur cette actualité, qui a mes yeux n’est pas une « énième polémique » mais un réel problème de stigmatisation des genres et de ceux qui ne conviennent pas aux normes sociales imposées.

Une vidéo qui a fait réagir

Dans la vidéo postée par Lewis Hamilton, ce dernier déclare être « très triste, maintenant. Regardez mon neveu » dit-il tout en filmant le concerné. Le petit garçon est vêtu d’une robe de princesse rose et tient une baguette magique dans sa main. Hamilton lui demande si cette robe est un cadeau qu’il a reçu à Noel, le garçon lui répond avec un grand sourire « oui » et Hamilton rétorque : « Pourquoi est-ce que tu as demandé une robe de princesse pour Noel, les garçons ne portent pas de robe de princesse ! ». En dehors du fait que cette vidéo humilie le petit garçon, elle a été partagée sur le compte Instagram du champion aux 5.7 millions d’abonnés. Cela a provoqué la colère et l’indignation des internautes : « Eh Lewis Hamilton ? Tu as tout faux. Les garçons portent ce qu’ils veulent. Les filles portent ce qu’elles veulent. Les garçons peuvent être des princesses. Les robes ne sont pas honteuses. Alors tu peux te coller ta masculinité toxique dans le derrière », a ainsi tweeter Penny Gift, une blogueuse.

Le mea-culpa de Lewis Hamilton

Face à de nombreuses et vives réactions négatives, Lewis Hamilton s’est rapidement excusé en désignant son comportement comme une « erreur de jugement » et en clamant qu’il avait toujours soutenu « les gens qui vivent leur vie comme ils l’entendent ». Bien qu’il ait reconnu son erreur et demandé à être pardonné pour cette dernière, il est important de rappeler que ses excuses, qu’elles soient sincères ou non ont été publiées en vue de calmer la polémique et afin que son image soit la moins entachée possible. C’est ce que l’on appelle faire de la « communication de crise » : mise en place par son équipe dont son manager, qui ne voudraient pas risquer de perdre les sponsors qui accordent leur confiance au champion de F1.

Normes sociales et intolérance

Au final, pour ma part, je trouve les excuses souvent faciles dans de telles situations bien qu’elles soient néanmoins nécessaires. Les mots et le comportement d’Hamilton s’inscrivent dans une tendance de stigmatisation des « marginaux » et une intolérance face à ceux qui « vivent leur vie comme ils l’entendent », pour ne pas le citer. On ne peut pas gâcher la joie et le bonheur d’un enfant en provoquant en lui de l’insécurité. D’autant plus que Lewis Hamilton est l’icône de nombreux jeunes qui l’admirent et le respectent. Ils peuvent penser que le comportement de ce dernier est la norme et que c’est ainsi que nous devons réagir lorsque l’un d’entre nous décide de ne pas suivre les règles sociales imposées. Est-il normal d’humilier publiquement un enfant pour ce qu’il aime ou pour ce qu’il veut être ? Est-ce marginal de vouloir seulement être soi-même sans s’assujettir aux pressions sociales ?

annoyed

Vers une « féminisation des garçons » ?

Les stéréotypes de genre dont je parlais dans un article précédent ont donc encore la vie dure. En effet, affirmer qu’un garçon ne peut pas se déguiser en autre chose qu’en cowboy ou en pompier et surtout pas avec une robe de princesse en est un. J’ai vu fleurir sur les réseaux sociaux toutes sortes de réactions et notamment celle qui affirmait qu’il s’agissait là d’une fausse polémique, que les garçons ne pouvaient pas mettre des robes et qu’il fallait arrêter, je cite : « la féminisation des garçons ». Pardon mais, quel est le rapport ? Un garçon qui se déguise en princesse pour Noel va devenir une fille ? Une fille qui se déguise en pompier va vouloir devenir un garçon ? Les filles portent des pantalons, longtemps réservés aux hommes, sans pour autant vouloir devenir des hommes. Pourquoi ne serait-il pas de même pour un garçon qui porte des robes ? Ces préjugés issus de nos constructions sociales ne sont-ils pas le résultat d’une mentalité un peu trop étriquée ?

Pour conclure

Vous l’aurez compris, je suis assez peu tolérante à mon tour sur ce qui est de mettre un genre sur ces questions. Quel problème y-a-t-il pour un garçon d’enfiler une robe de princesse ? Le genre associé à ce déguisement n’a, à mes yeux, pas lieu d’être. Cela ne fait pas de lui une fille et si pour autant, il souhaitait le devenir dans le futur, qui sommes-nous pour juger ce qui est convenable ou non ? Qu’allez-vous dire à une personne qui a le sentiment de ne pas être né.e dans le bon corps ? Quel mal y-a-t-il à devenir la personne que nous voulons être ? Notre sexe nous définit-il ?

Je deviens, je crois, un peu lassée des jugements incessants que nous pouvons porter (volontairement ou non) face à autrui. J’ai toujours pensé et je ne cesserais de croire que le monde irait mieux si chacun élargissait un peu sa zone de tolérance et d’acception de l’autre. Soutenir et accepter à la place de juger et critiquer. Pouvons-nous être heureux en étant qui nous voulons être sans être critiqué sans cesse pour oser être ? Pour ce que ça change dans notre vie, qu’avons-nous à dire sur le corps de l’autre ?

love

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.