Le mois dernier, la marque de sport préférée des Français a provoqué un tollé en proposant à la vente un hijab de running pour les femmes musulmanes. Le crédo de Décathlon est de rendre le sport accessible à tous et toutes en proposant des produits adaptés à chacun.es. Certains ont crié au scandale et ont reprochés à la marque de nuire aux droits des femmes et à leur liberté mais également de ne pas respecter le principe de la laïcité. D’où viennent ces critiques ? De fervents défenseurs du droit des femmes ou d’islamophobes assumés et décomplexés ? Notre société aurait-elle raison d’accepter qu’un tel produit soit mis en vente ?

Pour quelles raisons commercialiser une hijab de sport ?

Décathlon souhaitait commercialiser ce hijab adapté au running, pour les femmes musulmanes qui pratiquent une activité sportive. En effet, plusieurs internautes musulmanes en avaient émis le souhait car sur le marché, peu de marques abordables le proposaient. Nike propose le sien à 30€. Ce produit adapté permet aux femmes qui portent le voile de pratiquer une activité sportive sans soucis. Le fustiger, c’est ne pas respecter la religion d’autrui, ni ses droits, ni sa liberté. Je rappelle que le port du voile est autorisé en France. Cette remise en cause à travers « la polémique » Décathlon n’a pas lieu d’être.

hijab de running

Les « féministes » en colère

Le jour de la polémique, Le Parisien, dans un de ses articles, titrait : « Décathlon met en vente un hijab de running et s’attire les foudres des féministes ». Quelques jours plus tard, son titre était modifié car vivement critiqué sur les réseaux sociaux. C’est maintenant : « Décathlon va vendre en France des « hijabs de running » ». Alors. Petit point féministe : une personne qui est contre le port du voile n’est pas féministe. Le féminisme, c’est laisser aux femmes la liberté de faire leurs propres choix et de jouir de leurs droits. Empêcher quelqu’un d’être libre et d’agir comme elle le souhaite en lui imposant ses choix, ce n’est pas du féminisme. Empêcher les femmes de faire du sport dans une tenue qui leur est adaptée et dont elles font le choix, ce n’est pas défendre leurs droits. Il faut d’ailleurs cesser de prendre le féminisme comme alibi de l’islamophobie.

« Les Iraniennes se battent pour retirer leur voile, pourquoi le garder en France ? »

Ceux qui s’offusquent de la vente d’un hijab adapté aux femmes musulmanes sont aussi ceux qui se préoccupent des droits des femmes 1 semaine sur 2 et seulement lorsqu’ils entendent le mot : « voile ». Leur argument favori, c’est d’opposer la situation des femmes en Iran à celles en France. Vous n’êtes pas sans savoir que l’Iran, depuis quelques années, est en train de vivre un des tournants majeurs de son histoire. Les femmes Iraniennes se battent pour retirer leur voile, au péril de leur vie car le gouvernement l’interdit. Elles sont souvent emprisonnées et parfois même tuées pour cela. Alors pourquoi les Françaises voudraient-elles garder leur voile pendant que les Iraniennes se battent pour retirer le leur ? Attention, roulement de tambour, le suspense est insoutenable. Parce qu’elles en ont fait le choix et que ce choix leur appartient. Porter le voile n’est pas un signe de soumission mais un acte de foi. Certaines choisissent de le retirer pour obtenir leur liberté, d’autres ont la liberté de le garder. Dans les deux cas, les deux font un choix qui leur appartiennent et qui respectent leurs valeurs et leurs droits.

Et la laïcité dans tout ça ?

Un autre argument que l’on entend souvent : ce produit n’est pas conforme à la laïcité. Pourtant, si l’on reprend sa définition même, le produit de chez Décathlon la respecte. Le site du gouvernement donne la définition exacte de la laïcité : « La laïcité repose sur trois principes et valeurs : la liberté de conscience et celle de manifester ses convictions dans les limites du respect de l’ordre public, la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses, et l’égalité de tous devant la loi quelles que soient leurs croyances ou leurs convictions. La laïcité garantit aux croyants et aux non-croyants le même droit à la liberté d’expression de leurs convictions. Elle assure aussi bien le droit d’avoir ou de ne pas avoir de religion, d’en changer ou de ne plus en avoir. » Dans l’espace public, on laisse sa place à une bonne sœur vêtue de son habit de religieuse dans le métro, on partage un bout de trottoir avec un homme qui porte la Kippa et on va courir avec une copine qui porte un hijab. Liberté et égalité.

laïcité gouvernement
Source : site officiel du gouvernement

Le traitement médiatique

Le traitement médiatique de la « polémique », s’est avéré décevant, sans grande surprise. Les principales concernées : les femmes portant le voile et souhaitant en acquérir un adapté à la pratique sportive, n’ont pas été interrogées à un seul instant. Comme si la parole d’un homme (blanc) sur le sujet était plus importante. Certain.es journalistes ont aussi oublié le propre de leur métier : la neutralité. Mais aussi ne pas influencer le débat ni prendre parti. C’est le cas de Laurence Ferrari, qui animait un des nombreux débats liés à cette « polémique ». Son mépris et son islamophobie à peine dissimulés sous le féminisme et le principe de laïcité a explosé sous nos yeux. Je vous laisse juger par vous-même. Son interlocuteur, Clément Viktorovitch, a eu la décence d’exposer des arguments clairs, nets et objectifs.

Yann, le Community manager de Décathlon, ce nouveau héros

Yann, le Community de la marque a gardé son sang-froid sur Twitter, en répondant à la polémique. Il a été très rapidement érigé en « héros du net ». Et pour cause, il a toujours été très respectueux dans ses réponses. 1er rappel : répondre aux polémiques qui impliquent la marque pour laquelle il travaille, c’est son métier. Il est même payé pour ça. 2e rappel : la barre est tellement basse qu’une personne qui respecte les femmes portant le voile est considérée comme quelqu’un d’exceptionnel. Personnellement, j’ai adoré ses réponses et sa gestion de la polémique mais cela devrait être normal et non quelque chose d’exceptionnel. Le respect, c’est pour tous et tous les jours.

Décathlon renonce

Quelques jours après avoir annoncé la vente de son hijab de sport, Décathlon renonce finalement à le commercialiser. La marque publie sur les réseaux sociaux un communiqué de presse pour l’expliquer. C’est, en partie, dû à des insultes et des injures physiques sur leurs employés.

communiqué de presse

Ibtihaj Muhammad, la championne d’escrime

Ibtihaj Muhammad est la 1ère championne d’escrime américaine à porter le voile et à représenter son pays. Elle a participé à de nombreuses compétitions sportives internationales comme les Championnats du monde en 2013. En 2016, elle obtient l’autorisation de concourir aux Jeux Olympiques de Rio avec son hijab.

Ibtihaj Muhammad

La parole aux femmes qui portent le voile

Vous avez toutes les raisons de vous demander en quoi suis-je légitime pour parler de ce sujet alors que je ne porte pas le voile. Je me la suis posée également avant de rédiger cet article. J’ai la chance d’avoir une plateforme que je gère entièrement et qui me donne les moyens d’exprimer mon avis sur des sujets parfois sensibles, dans le respect de tous. J’en ai donc profité pour vous donner des clés de compréhension vis-à-vis d’un sujet où les critiques sont vives et parfois islamophobes. Cependant, je suis consciente que le mieux pour éviter de parler à la place des premières concernées est de leur donner la parole. Cela évite de faire des conclusions hâtives comme : toutes les femmes qui portent le voile sont opprimées par leur mari qui les y obligent. Beaucoup de femmes de confession musulmane le porte sans qu’elles y soient obligées mais par conviction religieuse. Il serait temps d’écouter ce que ces femmes ont à dire. J’ai trouvé cette intervention de la journaliste Nadiya Lazzouni et je vous laisse aller la voir. Vous y entendrez ses arguments et sa position sur cette polémique.

Ce qu’il faut retenir

Chacun de nous a le droit de jouir de sa liberté et de faire ses propres choix. Il faut arrêter d’infantiliser les femmes qui portent le voile. Elles sont autant capables que n’importe qui d’autres de faire leurs propres choix et de les exprimer sans qu’elles y soient forcées. Oui, certaines femmes le sont et nous devons également les soutenir. Mais ce n’est pas une raison pour faire une généralité. Pour la grande majorité des personnes qui ne disent contre le voile ou le hijab adapté à la course, ils n’en portent pas. Comme les hétéros qui sont contre le mariage des couples homosexuels. Tolérance ? Bienveillance ? Liberté ? Égalité ? Fraternité ?

Ces femmes que l’on traite de folles

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :