Depuis quelques années, la démarche « zéro déchet » se fait une place au sein de notre société de consommation. Si vous n’en avez jamais entendu parler, il s’agit de réduire ses déchets, dans une démarche écologique et respectueuse de l’environnement. Les Français produisent chaque année environ 350 kg de déchets (par habitant). C’est énorme quand on sait que la plupart ne sont pas recyclables. Réduire ses déchets est avant tout un acte citoyen. Les plus sceptiques crieront à une nouvelle tendance et quand bien même certains l’adopterait par simple « effet de mode », cette dernière a au moins le mérite d’être utile. Le respect de la planète n’est pas une mode mais bel et bien le devoir de tous. Aujourd’hui, je vous présente les premières astuces et alternatives zéro déchet que j’ai adopté au quotidien, sans difficulté.

Vivre nu.e, d’amour et d’eau fraîche

Le propre du zéro déchet à mon sens, c’est d’abord d’être indulgent avec soi-même. Quand j’ai commencé à me pencher sur la démarche « Zéro déchet » il y a presque trois ans maintenant, j’étais pleine de bonnes intentions, à deux doigts de tout quitter pour partir élever des chèvres en montagne, nue et de me nourrir exclusivement de ce que la nature mettait sur mon chemin afin de produire le moins de déchets possible. mood Certains aspirent certainement à cette vie-là et ont mon plus grand respect. Néanmoins, pour ma part, j’ai réalisé que j’avais un petit faible pour la pollution parisienne, la joie de vivre des gens dans le métro et tout ce qui va avec. Plus sérieusement, j’avais envie de changer mon mode de vie au profit d’un autre plus respectueux et écologique mais sans trop me prendre la tête. Être zéro déchet à 100% est extrêmement difficile et à mes yeux assez contraignant. L’important est de trouver un équilibre, ou plutôt, son équilibre afin de vivre plus respectueusement. Donc on chasse toute culpabilité et on pioche les bonnes idées à droite et à gauche.

Respecter l’environnement en faisant des économies

Si l’idée de respecter la planète ne vous a pas déjà séduit et motivé à vous lancer dans le Zéro déchet, j’ai un argument de taille : l’argent. Et oui, si l’argent ne fait pas forcément le bonheur, personne ne crache sur quelques économies ici et là. Certes, au début, certaines alternatives peuvent paraître coûteuses, mais sur le long terme, elles permettent de faire de véritables économies. Par exemple, pourquoi ne pas acheter une gourde en Inox plutôt que des dizaines de petites bouteilles d’eau en plastique pour aller au sport, à l’école ou au travail ? Les bouteilles en plastique, bien qu’elles soient recyclables, produisent du déchet puisqu’elles finissent par être jetées après une ou plusieurs utilisations. L’inox est durable dans le temps, vous garderez votre gourde pendant des années sans produire le moindre déchet ! L’inconvénient, c’est son prix : 20€ en moyenne contre 2-3€ le pack de 6 petites bouteilles d’eau en plastique. Mais, c’est à ce moment-là qu’intervient un rapide calcul : combien de petites bouteilles glissez-vous dans votre sac par semaine ? Pas besoin d’avoir fait un bac+5 en mathématiques pour se rendre compte que, finalement, ça vaut peut-être le coût, son histoire de gourde en inox là.

bottle
Plus jamais

De même pour l’essuie-tout (Sopalin pour les intimes) que l’on achète par six en grande surface. Il s’agit d’une invention dont je ne pouvais pas me passer avant, tout en ayant bien conscience que cela restait une solution de facilité. Et puis, je me suis demandé comment faisait les gens avant l’invention de l’essuie-tout. SUSPENSE : les torchons, les chiffons, les bouts de tissus et autre noms dérivés ! Donc, un jour, quelqu’un s’est levé en se disant : « Ok, on a tout ce qu’il faut pour nettoyer un verre d’eau renversé mais c’est un peu chiant de devoir faire sécher/laver les torchons à chaque fois. Et si j’inventais un truc qu’on jette pour polluer encore plus ? ». Je caricature sûrement et la personne qui a inventé le Sopalin avait sûrement une raison valable de le faire mais je trouve ça tellement dingue de l’avoir intégré dans notre quotidien alors qu’il y a 50 ans, cela n’existait pas et les gens se débrouillaient très bien sans. En étant un poil moins flemmard, on peut y arriver ! (Et c’est la reine des flemmardes qui le dit !)

Chez mon commerçant

Que ce soit quand vous allez faire vos courses au marché ou chez Pimkie, rien ne vous empêche d’utiliser des sacs en tissus pour ramener vos emplettes chez vous. Ils sont trouvables un peu partout depuis que c’est la grande mode des « Tote Bag » donc c’est plutôt un bon point.

Merci mais c’est fini entre nous !

Cela évite d’entasser des sacs en plastique chez vous dont vous ne ferez rien et qui finiront eux aussi par aller à la poubelle. Pensez à toujours garder un sac en tissu dans votre sac à main, par exemple, et vous pourrez dire : « Non merci, je n’ai pas besoin de sac ». Surtout que la plupart du temps, dans les magasins, les vendeurs vous proposent des sacs en plastique immenses alors que vous n’avez acheté qu’un foulard. Bref, vous l’aurez compris, refuser les sacs en magasins et privilégier des sacs en tissu réutilisables à l’infini est une alternative zéro déchet peu coûteuse et très astucieuse.

Il existe une multitude d’astuces pour réduire ses déchets quand on fait ses courses comme acheter en vrac ou encore apporter ses boîtes ou bocaux directement chez vos commerçants. Par exemple, quand vous commandez un repas à emporter dans un restaurant japonais, rien ne vous empêche de ramener vos petites boîtes réutilisables qui remplaceront les contenants en plastiques qu’ils utilisent. Oui, on vous regardera certainement de travers quand vous le proposerez mais après tout, est-ce que c’est le plus important ?

Concernant le gaspillage alimentaire cette fois-ci, j’ai découvert l’application Too good to go qui est gratuite et qui permet d’aller récupérer les invendus de nourriture directement chez les commerçants à moindre coût. En plus d’être avantageuse pour le portemonnaie, elle permet d’éviter le gaspillage et ne pas jeter la nourriture encore consommable.

toogoodtogo

Un peu de lecture

Si vous aimez lire, voici deux livres qui vous aideront à mieux connaître la démarche zéro déchet et qui donnent pleins d’astuces !

Ce qu’il faut retenir

Vous l’aurez compris, la démarche zéro déchet est avant tout une démarche zéro gaspillage. L’objectif est de produire moins de déchets mais également de réduire ceux existants, qu’ils soient recyclables ou non. Changer des habitudes souvent ancrées depuis plusieurs générations au sein d’une famille n’est pas si facile mais avec un peu de bon sens et de volonté, on y arrive facilement et cela deviendra un automatisme dont vous ne pourrez plus vous défaire. Comme je l’ai déjà dit plus haut, il est difficile de réduire ses déchets à 100%, d’où la nécessité d’être indulgent avec soi-même. Par exemple, à titre personnel, j’utilise encore ma brosse à dent électrique car je ne me vois pas la remplacer par une brosse à dent manuelle en bambou recyclable. Certains l’ont fait et c’est très bien mais ce n’est, pour ma part, pas une concession que je suis prête à faire aujourd’hui. Le zéro déchet est un processus assez long à mettre en place et qui demande parfois un certain investissement mais qui vaut le coup, pour vous et les générations futures. Quel monde laisseront-nous aux prochains ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :